enfants · Vie de Famille

Le jour où il a explosé

En février 2010 je devenais Maman pour la première fois.
Maman avec un grand M… je savais que ce petit être j’allais l’aimer toute ma vie bien plus que tout au monde.
Je le savais, c’était écrit, c’était comme ça.

P. a toujours été un enfant “facile” comme on dit. Toujours joyeux, intéressé par le monde qui l’entoure, un petit garçon très doux au visage d’ange.
Il a été bercé de mots doux, de gentilles attentions. J’ai toujours trouvé que l’éducation non-violente était ce qu’il y avait de mieux pour un enfant…
J’entends souvent les gens dire “moi je me suis pris des raclées petit, et j’en suis pas mort hein, jles ai méritées” alors je te rassure tout de suite: moi aussi je m’en suis pris, et parfois même des claques. Je suis toujours vivante, j’aime toujours les personnes qui m’en ont “foutu une”, toutefois je n’estime pas les avoir méritées…
Mais je me souviens aussi parfaitement de ce que je ressentais, physiquement et psychologiquement lorsqu’on me donnait une fessée. De la haine. Oui, de la haine, et de la rage, et ça, ce sont des choses que je ne veux absolument pas que mes enfants ressentent vis à vis de moi.

Alors pour parler à P. on utilisait plutôt des formulations positives, on posait des questions ouvertes, on écoutait, on n’interdisait pas d’explorer, de monter sur les chaises ou ailleurs, on accompagnait afin qu’il apprenne à faire seul, tout en étant en sécurité… Jamais on ne lui a tapé sur les mains pour dire “non” par exemple…

Featured image

 Je ne me doutais pas qu’un jour il pourrait se transformer comme ça.
Car oui, maintenant il a 5 ans et depuis quelques semaines il fait des “crises” incroyables.
On ne sait pas d’où ça vient, quel est l’élément déclencheur. On ne sait pas comme lui parler, comment l’aider.
La dernière en date: on rentre de l’école, je passe lui acheter un magazine. Il le choisit seul -alors que j’en voulais un autre, mais il a pris celui qui lui faisait plaisir. On fait 3 pas et tout a coup il se renferme sur lui-même.

– Bah alors P., qu’est-ce tu as?
– …
– tu fais la tête?
– …
– ça te dit qu’on aille au parc avant de rentrer?
– Le parc c’est NUL! nul nul nul!
– euh… ok, on rentre alors…
– non, je veux rester làààààà, par terre devant la poooooooorte
– voyons, tu peux pas rester là, tu es encore trop petit pour rester tout seul, mais si tu ne veux pas rentrer on peut aller faire un tour
– NON. AAAAHHHHH JE VEUX PAS. J’AI DIT NON! NON! NON

Et là il s’est mis à hurler, et quand je dis hurler, c’est pour de vrai, on se serait cru dans un film d’horreur bien gore. Tu sais le genre de cris qui te fout bien la honte quand t’es en train de faire tes courses et que ton enfant pète un câble.

J’ai cru que les voisins allaient appeler la police.

Bref, en rentrant dans l’appart il a crié tellement fort qu’il a fait pleurer sa toute petite sœur que je portais en écharpe…
C’en était trop, je l’ai pris dans les bras, il m’a repoussée, alors je l’ai mis dans sa chambre en lui disant de se calmer.
J’ai à peine le temps de tourner les talons qu’il commence à tout balancer par terre.
Regarde:

Featured image

Qui était cet enfant? sûrement pas mon adorable petit P.
Ce jour là je me suis demandé ce que j’avais loupé. Suis-je vraiment à coté de la plaque en tentant de mettre en place l’ENV? a-t-il besoin de limites plus strictes? je ne sais pas…
Ca a pris facile 3h pour qu’il se calme. Il est finalement venu me faire un câlin, et quand je lui ai demandé de m’expliquer ce qui n’allait pas il m’a dit que ses copains s’étaient moqués de lui.
Oui, ils se sont moqués de lui, ils ont dit qu’il était moche, et qu’il sentait le Camembert…
Ca peut faire sourire un adulte, mais ça a du être tellement dur pour mon petit garçon.

J’ai eu du mal a lui faire dire ce qui n’allait pas, c’est normal ? je lui ai proposé plusieurs “sentiments” ( “tu es triste?” “tu es en colère?” “tu es fatigué”) mais il voulait que je “devine”…

Je lui ai ensuite demandé si c’était uniquement dû à des problèmes à l’école, et puis il m’a avoué, presque en chuchotant qu’il trouvait qu’on s’occupait trop de A. et pas assez de lui. Qu’il n’aime pas A., qu’il veut qu’elle parte “au milieu de la France”…

Ça a été un peu dur a encaisser, très dur d’être témoin de ce genre de crise de nerfs, dur d’entendre des “t’es trop nulle, je veux que tu partes pour toujours”, mais il faut garder en tête que c’est un enfant en pleine construction. Je fais des efforts pour aller vers une communication non violente, et ça c’est mon point faible. Je ne frappe pas mes enfants, mais il m’arrive trop souvent de crier quand je suis à bout. Je sais que c’est pas bien du tout. J’essaye tant bien que mal d’arrêter, pour eux surtout, car il est clair que je donne le mauvais exemple…

Featured image

Pas facile d’être l’aîné. Pas facile d’avoir 5 ans. Pas facile de changer d’école en cours d’année.

Et surtout…

Pas facile d’être Maman

Advertisements

3 thoughts on “Le jour où il a explosé

  1. Oooohhhh ma Katou….
    Je découvre seulement aujourd hui….
    Ici aussi pas de coup, jamais ( même si personne ne comprend, pour eux une fessée une claque un tape sur la main c est plus simple plus rapide qu un long discours ou explication … de l attention, de l écoute, de la comprehension, être le plus juste possible, et aussi plus de limites par contre le non est necessaire les codes de “bonnes” conduite et les limites imposées sont necessaires d autant plus que notre liberté s arrete là où commence celle des autres. Bref en faire des enfants futurs adultes libres, juste, respectueux et respectables, responsables et j en passe…. tout en les laissant être juste des enfants insouciants, pleins de vie de rêves où tout est possible….
    Ici aussi on est bien content qu elle ne connaisse la douceur de nos mains que pour les caresses câlins même si le volumes sonores est trop haut. Elle a su l exprimer. Et mine de rien le baisser fait du bien à tout le monde. Mais quand on est en colère ou plutot qu on perd le controle on ne maitrise pas tout.

    Tu es formidable, tes enfants sont formidables. Et oui ton grand PTB a des mots d enfants, et c est formidable cette confiance que tu lui inspires , qui lui permet de te dire ce qu il ressent profondemment.

    Bravo

    Like

  2. Oooohhhh ma Katou…
    Je découvre seulement aujourd hui…
    Ici aussi pas de coup, jamais ( même si personne ne comprend, pour eux une fessée une claque un tape sur la main, c est plus simple plus rapide qu un long discours ou explication …
    De l’amour inconditionnel, de l attention, de l écoute, de la comprehension, être le plus juste possible, et aussi plusss de limites par contre, le non est necessaire dans la construction d un enfant ( des adultes aussi) meme si on aimerait leur decrocher la lune et toujours ne dire que oui… quoique?!? les codes de “bonnes” conduite et les limites imposées sont necessaires d autant plus que notre liberté s arrete là où commence celle des autres. Bref en faire des enfants futurs adultes libres, juste, respectueux et respectables, responsables et j en passe…. tout en les laissant être juste des enfants insouciants, pleins de vie de rêves où tout est possible….Ici aussi on est bien content qu elle ne connaisse la douceur de nos mains que pour les caresses câlins même si le volumes sonores est trop haut. Elle a su l exprimer. Et mine de rien le baisser fait du bien à tout le monde. Mais quand on est en colère ou plutot qu on perd le controle on ne maitrise pas tout.
    Tu es formidable, tes enfants sont formidables. Et oui ton grand PTB a des mots d enfants, et c est formidable cette confiance que tu lui inspires , qui lui permet de te dire ce qu il ressent au plus profond.
    Aimer son enfant c est ….

    Bravo

    Like

  3. Aïe aïe aïe tes articles sont toujours plein de belles émotions (humour, joie, espoir…) mais celui-là est plein de tout. Il m’a fait pleurer ! La manière dont tu l’as écrit… Et j’ai suivi la petite histoire sur IG mais là ça n’a pas le même poids. Ton grand P. est décidément un garçon très sensible et finalement, ce n’est que mon avis mais la colère est une émotion saine pour peu qu’on sache s’en expliquer et mettre des mots dessus. Ce dans quoi tu l’as accompagné avec beaucoup de patience et de tendresse. J’espère que ses soucis à l’école se sont arrangés depuis. Je n’ai pas encore l’expérience de ces difficultés avec ma fille qui est trop petite, mais j’ai mon expérience personnelle, et la pratique d’une activité créative (dans mon cas le piano) m’a énormément aidée à décharger mes émotions négatives positivement (et c’est une habitude que j’ai gardée adulte). Bon courage dans la poursuite de cette belle aventure qu’est la parentalité ! 😉

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s